D’où vient le liège des bouchons

Liège


Liège

Liège

La semaine dernière j’ai participé au Vinocamp de Lisbonne organisé par Miss Vicky Wine et Planète liège. Un vinocamp à l’instar d’un blogcamp ou d’un foodcamp est une sorte de réunion de gens ayant un même centre d’intérêt et qui mettent en commun leurs réseaux, leurs compétences, leurs envies pour découvrir, partager, réfléchir sur des problématiques qui les concernent.

Je ne suis pas concernée directement par le vin, mais quand on pense gastronomie, le vin n’est jamais bien loin. Lors de ce weekend au Portugal j’ai pu notamment d’apprendre beaucoup de choses sur les bouchons en liège, ceux qui obturent nos bouteilles de vin ou de champagne et qui leur apportent une valeur ajoutée grâce à leurs qualités de préservation et leur naturalité. J’avais déjà abordé ce sujet lorsque j’avais visité l’institut du Liège en Catalogne mais j’ai pu cette fois ci voir en vrai comment se récoltait le liège.

Je vous emmène ?

De l’arbre à la bouteille, les étapes dont nombreuses avant que le liège ne se transforme en bouchon. Ces étapes obéissent à des règles très strictes, définies par attention, tadam, ….. le Code International des Pratiques Bouchonnières. Vous en rêviez, ils l’ont fait.

Nous nous sommes donc rendus dans la région de Coruche, à environ 1 heure de Lisbonne. Là bas les chênes-lièges sont rois.

Forêt de Chênes lièges

Forêt de chênes-lièges

Tout commence par l’écorçage qui consiste comme son nom l’indique à retirer l’écorce extérieure de l’arbre. La récolte s’effectue de mai/juin à fin août au moment de la phase active de la croissance de l’arbre, ceci afin d’éviter de blesser l’arbre. On prélève l’écorce des chênes-lièges tous les 9 ans (le temps que l’écorce se regénère, c’est une des spécificités de cet arbre).

Les 2 premières collectes ne servent pas à la fabrication des bouchons, la qualité n’est pas suffisante. Cela sert comme matériau de construction, d’isolation etc. Ce n’est qu’à partir de la troisième (l’arbre est alors âgé de 38 à 45 ans) que les propriétés du liège seront adaptées à la production de bouchons de qualité. On appelle cette qualité de liège du liège d’amadou ou liège-femelle.

L’écorçage, appelé levée pour le liège femelle est une activité traditionnelle qui ne peut être réalisée que par des spécialistes, les leveurs. Pour ne pas maltraiter l’arbre, il faut faire preuve de dextérité et de beaucoup d’expérience, héritées d’un savoir-faire transmis depuis des générations.

Les leveurs utilisent cette petite hache :

Hâche pour écorcer

Hâche pour écorcer

Ensuite voici comment ils pratiquent pour ôter l’écorce, le fameux liège :

A noter que le liège de pieds, au bas des arbres, n’est pas récolté, car son utilisation pourrait représenter un risque organoleptique pour le vin.

Les écorces sont ensuite collectées via un tracteur :

On emmène les écorces à un point de ramassage

On emmène les écorces à un point de ramassage

Puis elles sont empilées dans un camion qui partira vers l’usine, une fois plein.

On remplit le camion d'écorces de chênes-lièges

On remplit le camion d’écorces de chênes-lièges

L’arbre, quand à lui, une fois nu, est marqué d’un chiffre. C’est celui de l’année en cours. On marque donc 4 en ce moment pour 2014.

Marquage des arbres

Marquage des arbres

Allez hop, demain, on visite l’usine !

L’info épate belle mère/belle fille (rayer la mention inutile) du jour : Une forêt de chênes-liège s’appelle une suberaie.

La seconde info épate belle mère/belle fille (oui ceci est un grand jour). On ne dit pas un chêne liège, des arbres, mais un chêne-liège, des chênes-lièges. Seuls les noms et les adjectifs qui entrent dans la composition d’un nom composé peuvent prendre la marque du pluriel, les autres mots (verbes, prépositions, adverbes, pronoms) restent invariables.

Merci au Vinocamp, à Planète liège (Emilie, Marion <3 ) et à Anne Victoire pour cette chouette balade.

Enjoy !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *