La bible culinaire des soeurs Scotto

La bible culinaire des soeurs scotto


La bible culinaire des soeurs scotto

La bible culinaire des soeurs scotto

Le livre s’appelle la bible culinaire des soeurs Scotto. Si vous êtes amateurs de cuisine vous connaissez certainement ces 3 sœurs Scotto à savoir Michèle Carles, Marianne Comolli et Elisabeth Scotto. Sinon, pour vous les présenter en quelques mots, elles sont auteures, séparément ou ensemble, de nombreux livres de recettes, de gastronomie, et ont travaillé et collaborent encore pour de nombreux titres de la presse culinaire (Elle, Madame Figaro etc.). J’ai eu la chance de les rencontrer plusieurs fois (souvenez-vous ici : Portrait de famille, les soeurs Scotto) et de partir très récemment en voyage à Hong Kong  et Macao avec Elisabeth.

A l’occasion de la sortie de ce livre, cette dernière a gentiment répondu à mes questions.

Bonjour Elisabeth, tu viens de sortir avec tes sœurs, la bible culinaire des sœurs Scotto, peux tu m’en dire un peu plus sur la genèse du livre ?

L’idée de raconter notre histoire, peu banale il est vrai, dure depuis longtemps ! Notre éditeur nous demandait depuis au moins 20 ans de travailler sur ce thème : raconter notre vie, notre enfance, nos souvenirs… Nous avons donc publié en 2007, Secrets de cuisine, un livre retraçant notre enfance à travers les recettes de notre mère – une mère qui, avec 4 enfants et un mari élevé par une « mama » italienne, passait le plus clair de son temps à cuisiner. Un livre qui parle évidemment aussi de notre cuisine d’aujourd’hui.

La bible culinaire des sœurs Scotto reprend ces recettes d’hier et d’aujourd’hui, mais nous y avons ajouté 200 recettes, quelques unes d’enfance mais beaucoup plus d’aujourd’hui, tant il est vrai que la cuisine évolue très vite, que les goûts et les produits changent. Nous y avons mis des recettes faciles que l’on peut faire tous les jours sans trop se poser de questions ! Et surtout que l’on peut adapter selon ses envies ; j’adore les lecteurs qui me disent : ah mais moi, votre recette je ne la fais pas comme ça, j’y ajoute ça et ça ! C’est ça la cuisine, donner une idée et laisser libre cours à l’imagination.

 Comment vous êtes-vous répartis les rôles ?

Comme d’habitude : chacune a fait ce qu’elle faisait le mieux ! Marianne est plus viandes et poissons, Michèle salades et légumes, et moi céréales (avec un faible pour la pasta !) et desserts. Avec nombre de séances de dégustation, où bien sûr les critiques fusent.

 Toi qui as partagé des milliers de recettes, peux-tu nous dire quels sont les ingrédients d’une bonne recette ?

Une bonne recette est une recette qui a été faite et refaite, éventuellement plusieurs fois. On ne peut pas écrire une recette sans l’avoir testée. Je me souviens au début de ma carrière, je traduisais des recettes, de l’italien et de l’anglais. Et je trouvais ça très difficile et pas du tout intéressant… Mon éditeur, exaspéré, m’a dit : faites ce que vous voulez… Et je me suis fait les dents (!) là-dessus, mettant au point mes premières recettes, sans trahir les recettes originales quand même !

C’est vrai qu’il y a des recettes faciles et d’autres qui demandent une technique, un savoir. Dans ce cas, il faut prendre le risque d’écrire une recette longue, en expliquant le mieux possible (je dis ça, mais dans les Fiches Cuisine du ELLE, c’est le contraire ! J’ai des contraintes de place, et là c’est vraiment difficile !). Ce qui est facile dans un livre, ou sur un site ou un blog.

Quand aux ingrédients, aujourd’hui, c’est facile de trouver des ingrédients qui viennent du bout du monde – en tous cas dans les grandes ou les moyennes villes ! Mais il faut proposer une alternative choisie dans l’éventail des produits quotidiens. Le goût sera peut-être différent, mais si c’est bon… Bref une bonne recette est celle qui donne l’eau à la bouche juste à la lecture ! Et si en plus il y a une jolie photo…

 Y a t-il une recette du livre que tu refais régulièrement chez toi ?

Pas vraiment ! Ou alors je la refais totalement différemment, en essayant de l’améliorer, d’y apporter un plus, technique ou gustatif. Mon but étant toujours de chercher des nouvelles idées, de mettre au point de nouvelles recettes. Donc, c’est toujours différent à la maison !

La bible culinaire des soeurs scotto- Croustimoelleux au chocolat

La bible culinaire des soeurs Scotto – Croustimoelleux au chocolat

As-tu une recette épate belle mère, une qui te rassure en cas d’invité particulièrement connaisseur ou exigeant ?

Difficile de répondre à ça ! En tout cas, je n’innove pas ce jour-là. Si je connais les goûts de mes invités, j’irai dans leur sens. Sinon, je prépare une entrée un peu bluffante comme l’erbazzone (p. 60), un concentré de goût végétal, ou le foie gras en gelée de muscat à la mostarda de fruits (p. 298). Le plat sera simple, mais beau et bon, comme le jarret de veau en cocotte aux échalotes roses (p. 212) : avec une purée de pomme de terre, c’est parfait.

Et pour les desserts, en général, tout le monde aime ! La plupart du temps, je fais notre croustimoelleux (p. 408). Je n’ai jamais rencontré quelqu’un qui n’aimait pas ! Ou alors il n’aimait pas le chocolat…

Les fêtes approchent. Au cas où tu reçoives chez toi, as tu déjà prévu ton menu de réveillon ?

On se retrouvera chez une de mes sœurs, et cette année, nous feront parler nos racines méditerranéennes ! Parce que l’on aime ça, mais aussi parce que mon fils, qui vit en Chine, a envie de retrouver cette cuisine-là. Donc ce sera couscous (voyez le couscous de Mina (p. 227), notre voisine en Algérie, il est parfait !). D’accord, ce n’est pas commun un couscous à Noël, mais pourquoi pas ?

Nous aurons d’autres occasions de festoyer autour d’un foie gras ou d’huîtres pendant cette période ! Je n’ai pas encore trouvé l’idée du dessert : il doit être léger et assez attractif pour qu’on ait envie d’y goûter après un couscous. Peut-être quelque chose autour des agrumes : un sablé au zeste de citron avec une gelée-mousse au pamplemousse et un coulis de miel ? Ou un « layer cake » avec un biscuit très léger et des mousses à différents agrumes ?

 As-tu des conseils pratiques pour réussir son menu de fêtes ?

Choisir des produits de qualité : n’hésitez pas à poser des questions aux commerçants, et lisez les étiquettes. Et s’organiser : quoi que vous serviez, prenez un moment et écrivez votre menu, sur une feuille ou votre tablette. Ensuite faites un compte à rebours en notant tout ce que vous avez à faire, y compris à quel moment ouvrir le vin ou sortir le foie gras ou la bûche du froid !

 Quels sont tes projets pour 2015 ?

Continuer à créer des recettes, à découvrir des produits, travailler à un projet de livre (même plusieurs, mais il faut être raisonnable !)… Les voyages, j’adore, il n’y a rien de mieux pour découvrir vraiment la-les cuisines-s ! J’aimerai bien refaire un petit tour au Japon, l’une de mes destinations préférées.

Merci beaucoup Elisabeth !

La bible culinaire des sœurs Scotto – 500 recettes indispensables – Michèle Carles – Marianne Comolli – Elisabeth Scotto – Photographies : Edouard Sicot – Editions Chêne : 35€. Une chouette idée cadeau pour tous ceux qui aiment cuisiner.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *