Interview de Manuel Peyrondet – Meilleur sommelier de France

Manuel Peyrondet


Manuel Peyrondet
Manuel Peyrondet – (c) Photo : Lucie Piriou

J’ai profité de l’atelier mets/vins pour poser quelques questions à Manuel Peyrondet. Manuel Peyrondet, comme je vous le disais hier a 28 ans et est sommelier au Bristol, restaurant 3 étoiles parisien. J’ai profité de l’occasion pour lui poser quelques questions.

C’était la première fois que je rencontrais un meilleur sommelier de France et je ne suis pas sûre que cela se reproduise un jour.

Manuel, tu m’as dit n’avoir découvert le vin qu’à l âge de 16 ans. Était-ce lors d une occasion particulière ?

J’ai commencé à déguster du vin lors des repas en famille. Ma première gorgée de vin était un Cahors 1989, cuvée de l’aïeul du château Eugénie. je m’en souviens encore! Mes parents adoraient cuisiner et j’ai commencé à partager avec eux l’amour des bon moments à table.

Peux-tu nous dire en quelques mots en quoi consiste le travail d’un sommelier.

Le métier de sommelier est avant tout un métier de service. Le sommelier sert le vin au restaurant avant tout. Pour cela il doit avoir une culture très vaste de tout ce qui peut être servi dans un restaurant : apéritifs, eaux de vie, cocktails, thés, cafés, et bien entendu le vin. Pour cela il faut beaucoup étudier, et surtout voyager, visiter tous les vignobles, déguster chaque année chez les propriétaires que l’on a sélectionné, en découvrir de nouveaux… Le sommelier a surtout un rôle de conseiller auprès des clients qui souhaitent se faire aider pour le choix du vin en fonction de leurs mets.

Pourquoi t’es-tu présenté au concours du meilleur sommelier de France, qu’est ce que cela t’a apporté ?

Les concours m’ont apporté une culture des vins que je n’aurais jamais eu autrement. Il faut énormément étudier, lire sans cesse sur le vin qui est en perpétuelle évolution. Il faut aussi travailler la présentation, le vocabulaire, le coté théâtral. J’ai gagné plusieurs concours, et cela m’a plus ou moins permis d’être reconnu par mes pairs. j’ai surtout fait tout ça pour me prouver que je pouvais atteindre l’excellence dans un métier.

Aurais-tu quelques conseils très simples à donner aux consommateurs, aux Mr et Mme Tout le Monde, sur comment choisir un vin en fonction d’un plat ?

Pour choisir son vin en fonction du plat, pensez tout d’abord aux accords entre produits régionaux. Souvent les vins et les spécialités locales fonctionnent bien ensemble. Sinon des accords fondés sur la communauté aromatique sont intéressants. Ex : un Jurançon moelleux qui développe le miel et l’abricot rôti, avec une tarte aux abricots, ou un Bandol rouge qui développe la garrigue et la tapenade avec une daube aux olives noires.

Si vous avez des mets fins, choisissez un vin qui le respectera, et qui le mettra en avant. Donc pas de Madiran avec une sole!!!!!!

Merci beaucoup Manuel !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *