Noël Jamet, profession : cochon – Portrait

Noël Jamet, profession : cochon – Portrait


Noël Jamet

Connaissez-vous Noël Jamet ?Si vous êtes allés au salon de l’Agriculture à Paris ou à Bordeaux, sur différentes foires et manifestations où il y a des cochons, vous n’avez pas pu le rater. Avec son costume, son groin, ses oreilles et sa queue en tire-bouchon il ne passe pas inaperçu.J’ai voulu savoir comment on devenait cochon ^_^. Est ce que petit, déjà, sa vocation était toute tracée ? Voulait il devenir cochon plutôt que pompier ? Cela lui est-il venu en grandissant ?

Je lui ai donc posé quelques questions auxquelles il a gentiment accepté de répondre.

Bonjour Noël, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Noël Jamet, je suis champion de cri de cochon. J’ai gagné mon premier titre en Normandie, je suis originaire de Villedieu-les-Poêles dans la Manche à 45km du Mont Saint Michel. Je suis également champion de France de cri de cochon depuis 2 années, et j’ai gagné le championnat d’Europe 2009 qui s’est tenu à Langon.

Comment devient-on champion de cri de cochon ?

Je fais cela pour m’amuser. Je connais les cochons depuis tout petit, j’ai été élevé dans une ferme. Pour les championnats, cela a commencé grâce à mes collègues. J’étais chauffeur intérimaire à l’époque (je suis toujours chauffeur d’ailleurs, mais dans les travaux publics maintenant) et mes collègues avaient entendu à la radio qu’il y avait un concours de cri de cochon à la foire de l’andouille, à Vire, dans le Calvados. J’y suis allé et j’ai commencé là bas. Je n’avais pas encore le costume à l’époque.

Mais comme après 2 saisons, les organisateurs m’ont proposé de participer au concours de cri de cochon du Salon de l’Agriculture à Paris, j’ai pensé qu’il m’en fallait un absolument.

Book de Noel Jamet
Press book de Noël Jamet

Comment l’avez vous fait ?

Je l’ai réalisé moi même à partir d’une cotte blanche. J’ai d’abord mis du double face pour coller le tissu rose mais l’ai cousu ensuite. Cela m’a pris une semaine en m’y mettant tous les soirs. Les oreilles sont en plastique et je les ai recouvertes de tissus. L’année dernière, on m’a même bagué l’oreille comme les vrais cochons. La queue, elle, est en fil à linge. Le repose micro est réalisé à partir d’un cintre. J’ai tout recouvert de tissus rose. Quant aux tétines, ce sont des tétines de biberon dont la pointe a été trempée dans du vernis à ongles.

Envisagez-vous d’autres améliorations ou bien êtes vous satisfait de ce costume ?

J’en suis content. J’envisage juste de faire un système de tuyaux pour que de l’eau puisse sortir des tétines via une poire.

Noël a même des poches intérieures dans son costume pour mettre ses papiers d’identité et ses cartes de visite.

Existe-t-il différents cris de cochon ?

Oui, d’ailleurs pour les concours je propose le cri de la truie qui cherche le verrat, celui pour la naissance des petits, pour l’allaitement et le denier cri, celui de mort du cochon.

Noel Jamet en train de réaliser le cri du cochonNoel Jamet en train de réaliser le cri du cochonNoel Jamet en train de réaliser le cri du cochon
Noël Jamet en pleine imitation

Combien de temps consacrez-vous à votre passion ?

J’y passe mes weekends. Il y a des périodes où il y a beaucoup de concours et d’autres où il y en a moins. Et puis il y a les trajets. Cela prend beaucoup de temps.Pour venir à Bordeaux, j’ai mis 5 heures. Il y a 574 km depuis chez moi.

Est ce que les enfants viennent vous voir ?

Les enfants, les femmes. Ici à Bordeaux moins, mais à Paris, c’est la folie. Les gens aiment bien être pris en photo avec moi. Et puis à Paris, il y a tous les media. Tout le monde est là. J’ai rencontré Cauet, Laurent Gerra, …

Noel Jamet au naturel

Est ce que cela a changé votre vie ?

Oui, je voyage beaucoup, je m’amuse. Je suis même passé aux Grosses Têtes.

Ouch, ils ont beaucoup de répartie !

Oui, j’ai été dare dare ! Ils en pleuraient de joie là bas. Monsieur Philippe Bouvard m’a même remercié.

Des projets ?

Oui, je remets mon titre de champion en jeu.

Souhaitons lui bonne chance alors. Merci Noël et à l’année prochaine à Paris et à Bordeaux.

Si vous le croisez quelque part dans une foire et un salon, n’hésitez pas à aller papoter avec lui, il adore.

Le bonus : Le cri du cochon of course !

Enjoy !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *