Tout ce que vous vouliez savoir sur la truffe.

Truffes noires de Corrèze


Truffes noires de Corrèze

Truffes noires de Corrèze

Lors de mon super weekend à Brive la Gaillarde, j’ai eu la chance de visiter une truffière.

Une truffière ????

Oui, c’est un endroit où l’on cherche à comprendre comment cultiver la truffe. Parce qu’à 1000€ le kilo de champignons, ça encourage à chercher. Cette truffière est située sur le causse Corrézien, et se présente comme suit, un terrain planté de chênes, clôturé et fermé à double tour :

Truffière

On y cherche donc à faire pousser l’or noir. Comme les paramètres sont multiples et les combinaisons infinies, les résultats sont assez aléatoires. Nous avons pu voir comment se faisait la récolte, une des toutes dernières de la saison, la période de ramassage se terminant en général fin février.

=> A quoi ressemble une truffe ?

C’est un champignon qui pousse sous terre, de forme assez arrondie, noir à l’extérieur et noir et blanc à l’intérieur. La partie blanche correspond aux lamelles du champignon et la partie noire aux spores.

Il faut savoir qu’il existe 81 variétés de truffes dont la Tuber Melanosporum, the queen of the truffes (Truffe Noire) et la Tuber Brumale.

Truffes Tuber Melanosporum vs Tuber Brumale

Pas beaucoup de différences n’est-ce pas ? Et pourtant le première vaut 1000€ le kilo et la seconde 400€ le kilo. Un produit de luxe dans les deux cas mais elles n’ont ni le même parfum ni la même utilisation.

La brumale se différencie de la mélano (je les appelle par leurs petits noms maintenant) de par sa couleur, un peu plus charbonneuse à l’extérieure. A l’intérieur les veines blanches sont plus larges et la couleur n’est plus noire intense mais davantage chocolat. Elle a également tendance à s’écailler.

On ne les utilise pas pour la même chose. Les deux sont bonnes bien sur, mais la mélano supporte très mal la cuisson. On la met au dernier moment. La brumale va s’utiliser pour les préparations cuites : pour les farces de volailles par exemple (on fait la farce la veille pour laisser la truffe parfumer la préparation autant que faire se peut).

Il y a aussi l’estivum, la truffe d’été qui se récolte à partir du mois de mai et pendant tout l’été. Elle a un parfum légèrement beurré. D’après notre hôte, Hervé Covès, ce n’est pas mal du tout mais cela ne vaut pas du tout celle d’hiver.

=> Comment ramasser les truffes ?

J’étais très déçue, on ne ramasse quasiment plus avec un cochon. Comme je vous l’ai dit l’autre jour, j’aurai adoré me promener avec un porc en laisse mais cela ne se fait plus. Il faut dire que ce n’est ni très pratique ni très discret. On utilise donc le chien et la mouche. La mouche, je n’ai pas réussi à la voir mais voici en tout cas à quoi elle ressemble :

Mouche à truffe

Ses larves se nourrissant des truffes, elle surveille juste au dessus à l’extérieur et si vous la voyez, c’est bon signe. Mais bon, il faut avoir de bons yeux.

Sinon, il y a le chien, qu’il faut dresser à chercher les truffes. C’est tout le travail de son maître Il faut l’entrainer à reconnaître l’odeur.

J’ai donc eu la chance de voir comment cela se passait : Le chien, tenu en laisse se promène sur le terrain et stoppe par l’odeur alléché. Cela ne marche pas à tous les coups, le chien, ce jour là, avait envie de jouer 😉

Chien truffier
Mr Sol, Président de l’association des Trufficulteurs de Corrèze et son chien

Une fois le chien stoppé, on creuse (on cave), et à quelque centimètres de profondeur on voit la truffe. Il faut avoir l’œil, je ne suis pas sûre que je l’aurais vue si on ne me l’avait pas montrée :

truffe

Une fois la truffe ramassée, on récompense le chien d’une croquette ^_^ . Magique non ?

Et moi, comment fais-je si je veux manger des truffes. Comment les acheter ? Et la truffe chinoise dans tout cela ?

Ah oui, la truffe chinoise, c’est le mal ^_^. Sachez qu’il en existe plusieurs variétés, et que pour l’une d’entre elles, l’Himalayense difficile voir impossible de la différencier à l’œil avec une truffe noire du Périgord. Une fois cuite, c’est même impossible. Alors, comment s’y retrouver ?

  • Quand on achète un produit truffé, il faut absolument que ce soit indiqué le nom de l’espèce : truffe noire du Périgord ou Tuber Melanosporum. Actuellement si rien n’est marqué, il y a de fortes probabilités que ce soit une truffe chinoise. Le commerçant n’en est pas pour autant hors la loi dans la mesure où il y a bien de la truffe dedans mais c’est juste de la truffe chinoise (qui n’a rien à voir au niveau du goût et du parfum).
  • Quand on achète un produit frais, on pourrait la retrouver à l’odeur, elle n’a pas de parfum je vous le disais plus haut MAIS comme la Tuber Melanosporum a un parfum très fort, on peut mettre une vraie dans un panier de fausses et là, cela devient mission impossible. C’est pour cela que certains marchés, comme celui de Brive sont contrôlés par des spécialistes pour que le consommateur puisse acheter en toute confiance.

Hervè Covès - Spécialiste de la truffe
Hervé Covès, spécialiste de la Truffe à la Chambre d’Agriculture de la Corrèze, qui nous a si bien parlé de la truffe

Comment la conserver, comment l’utiliser ?

Une truffe fraiche juste récoltée se garde dix à quinze jours maximum au réfrigérateur.

Pour en profiter au maximum :

  • Commencez par la mettre dans une boite type Tupperware avec des œufs toute la nuit et le lendemain, faites un œuf coque avec des mouillettes de beurre, rhaaa, à tomber.
  • Mettez-la ensuite dans une bouteille d’huile de noix ou de noisettes par exemple et laissez-la comme ça pendant 48 heures. Au bout de ce laps de temps, l’arôme sera concentré dans cette huile de noix qui sera magique, utilisée avec les premières pousses de pissenlit par exemple. Au bout de 48 heures, ne soyez pas impressionnés par le côté moisi de la truffe dans l’huile. Ce ne sont pas des moisissures mais le mycélium de la truffe. C’est naturel. Il suffit juste de filtrer l’huile et d’essuyer la truffe avec un papier absorbant.
  • Vous pouvez aussi la mettre 24 heures dans un pot de crème fraîche ; ce sera divin avec des pommes de terre, de la soupe …
  • Vous pouvez également congeler les truffes: Plutôt que de les congeler tout bêtement, voici la recette de notre hôte : Coupez toutes les truffes en morceaux d’une dizaine de grammes. Mettez au congélateur jusqu’au lendemain. Le lendemain faire fondre du beurre. Quand il est tiède, mettez la truffe dans le beurre fondu, et remettre le tout au congélateur. Votre truffe se trouve enfermée dans une coque de beurre, un peu comme un kinder surprise. Trop bien non ?

Une recette: La brouillade bien sur : pour une truffe de 30g bien parfumée on peut mettre 10/12 œufs sans problème. La meilleure méthode selon notre hôte : au bain marie.

Brouillade de truffes

Et le goût ? Puissant, avec un côté humus, primitif. Son odeur de terre enivre et à la première bouffée vous saurez si vous faites partie de ceux qui l’adorent ou de ceux qui la détestent. Car la truffe ne laisse pas indifférent.

Voilà, vous savez tout !

Cette visite était tout à fait passionnante. Vous pouvez avoir des informations sur la truffe auprès de l’Office de Tourisme de Brive.

Enjoy !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *