Vis ma vie de blogueuse : La fracture numérique

Vis ma vie de blogueuse : La fracture numérique



Crédit Photo : PC impact

La semaine dernière avec Méline nous sommes allées aux rencontres croissances CUB. Si j’ai tout bien compris, le but de notre groupe de travail était de s’intéresser et d’améliorer les réseaux dans notre agglomération bordelaise, ceci afin de la rendre encore plus attractive pour les investisseurs et entreprises. Étaient invités beaucoup de gens différents : des universitaires, des chefs d’entreprises, des représentants des collectivités publiques, territoriales, bref, beaucoup de cerveaux locaux.

Pourquoi est-ce que je te raconte cela, te demandes-tu une peu éberlué ? Où est ce qu’elle est ma recette de crème brûlée ?

Attends, aujourd’hui, on cause de choses sérieuses ! T’as qu’à manger un Viennois !

Au bout de 4 heures de discussion sur les réseaux, pas une seule fois le mot web n’a été prononcé. Je ne parle même pas des réseaux sociaux : Facebook, Twitter. Je te parle juste d’internet. Avec Méline, nous étions sidérées, nous demandant le pourquoi du comment de la chose. Nous n’avons même pas osé intervenir tellement il nous a semblé que nous habitions sur 2 planètes différentes. Et puis aussi, comment avoir une légitimité en étant blogueuse ?

Comme l’a si bien expliqué Méline si t’as un blog de fille t’es forcément une cloche pour le reste of the world, même si t’as un Bac + 5. Comment peut-on avoir fait des études et écrire un blog de fille ? Ce n’est pas possible, il faut bloguer sur le marketing, la politique, la communication. Alors si c’est en plus un blog culinaire, ou un qui s’appelle Les 2 Nouilles, c’est la fin des haricots.

Folle

Avec Méline, nous avons même eu droit, lors de la pause, à :
– Twitter, c’est de la merde
– Heu, comment utilises-tu ?
– Je n’utilise pas, c’est de la merde !
– Hannnnnnnnnn

Cherchant à argumenter (oui, nous sommes des filles bien élevées, nous ne lui avons pas cassé la figure malgré notre envie), nous avons essayé de lui expliquer l’intérêt avec un exemple récent, le livetwitt du procès de Dominique de Villepin ! [livetwitt = les gens racontent en direct sur twitter].

– Pfff, savoir que Dominique de Villepin s’est gratté le nez dans le procès Clearstreamn tu parles d’un intérêt ! De toute façon c’est rien que des counneries et tu t’informes là-dessus ?

Là, le type, il ne se rend même pas compte qu’il t’insulte.

Nous avons arrêté, son cas est désespéré. Nous n’avons même pas essayé de lui expliquer que tu ne suis pas des gens au hasard, paf la girafe, mais des gens que tu estimes crédibles, pertinents et compétents, des flux rss de journaux etc.

Donc, comment après tout cela avoir une quelconque crédibilité et dire à des chefs d’entreprises, des universitaires :

– Youhou, et le web les gars, ça vous dit quelque chose ? Si vous voulez être plus compétitif que Lyon, Paris ou Lille, c’est aussi, et même surtout là que ça se joue.

Avec Méline, nous avons été lâches, nous n’avons même pas essayé ! La discussion à la pause nous avait achevées.

Bref, je me demandais si vous aussi, vous aviez l’impression d’être en décalage avec une partie de votre entourage ? Aussi bien vous, les internautes de passages qui êtes utilisateurs d’internet, que vous autres, blogueuses, blogueurs ?

Est ce que vous aussi, on vous demande :

  • T’as un blog ? Mais pourquoi faire ??
  • Mais à quoi ça sert ?
  • Et tu en vis ?
  • Mais c’est qui ces gens à qui tu parles ?
  • De toute façon, Internet c’est dangereux !
  • Et c’est quoi l’intérêt ?
  • Non, mais t’as vu le temps que tu y passes ?
  • Tu ne vas pas prendre des photos là quand même ?
  • C’est bizarre internet, non ?
  • Tu t’isoles complètement, sors de chez toi, rencontre des gens !
  • ou alors, tu vas chez des gens que tu n’as jamais vus ? Et tu n’as pas peur ?

Et je ne te parle même pas de Twitter ! D’ailleurs est ce que cela t’intéresserait que je te parle de twitter où tu peux me retrouver sous le pseudo @papilles ?



Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *