Flambée des prix du lait et du blé => valse des étiquettes à la rentrée ?

Lait ©tacar shutterstock


Lait ©tacar shutterstock

Lait ©tacar shutterstock

Le gouvernement commence à s’inquiéter des conséquences de la hausse des prix du lait. ‘C’est une bonne nouvelle pour les producteurs, mais cette flambée pourrait poser des problèmes aux industriels de l’agroalimentaire‘, déclare Eric Alain, chef du service de la production et des marchés au ministère de l’agriculture et de la pêche. Depuis le début de l’année, le marché mondial du lait est en ébullition. En France, le prix payé aux producteurs a été revalorisé de 4,9 % pour le troisième trimestre. Appliquée aux 23 milliards de litres produits chaque année en France, cette hausse représente un surcoût d’au moins 300 millions d’euros pour les transformateurs, notamment les producteurs de fromage et de yaourt…

Bouteilles de lait, verre de lait, vache

…En cas de pénurie sur le marché européen, les industriels avaient l’habitude de se fournir sur le marché mondial. Mais ce dernier est lui-même confronté à un excès de demande, en raison de la hausse de la consommation dans les pays émergents. Relancer la production laitière en France risque de prendre plusieurs années. C’est pourquoi la plupart des professionnels tablent sur une poursuite de la hausse. ‘Le prix du lait devrait augmenter de 5 % à 10 % au quatrième trimestre 2007, puis de 5 % en 2008’, estime Frédéric Chausson. Une nouvelle flambée placerait les groupes agroalimentaires dans une situation délicate. Le lait représente environ 30 % du prix de revient d’un yaourt, de 40 % à 60% de celui d’un fromage, et encore davantage pour le lait à consommer.


Quelles conséquences pour le consommateur ?

TIirelireLes industriels de l’agroalimentaire vont tenter de répercuter la hausse des matières premières sur leurs tarifs. Après deux ans de stabilité, il faut s’attendre à une valse des étiquettes à la rentrée. Les négociations en cours avec les distributeurs sont tendues. Le mardi 31 juillet, Franck Riboud, le président de Danone, a ouvert le feu en annonçant une augmentation de 2,5 % du prix de ses produits laitiers frais en France. Pour Pierre Tegner, analyste chez Oddo, les leaders, comme Danone ou Nestlé, n’auront pas de difficultés à répercuter la hausse. ‘La forte valeur ajoutée de leurs produits leur permet d’absorber cette inflation‘, explique-t-il. ‘En revanche, cela risque d’être plus difficile pour les producteurs locaux‘, estime Jean-Marie L’Homé, analyste chez Aurel-Leven. La flambée des prix du lait devrait pénaliser surtout les PME les plus fragiles.

Source : Jérôme Porier – Le Monde – 08.08.2007

Pain, blé, gâteaux, farine

Et ce n’est pas tout, les cours mondiaux du blé sont eux aussi sont au plus haut depuis 11 ans. Les causes en sont la forte demande des pays émergeants, ainsi que la croissance de la demande en matière de bio carburant. Cette augmentation des cours pourrait aussi pousser de nombreux produits alimentaires à la hausse. La meunerie, la boulangerie, la biscuiterie sont en effet de grosses consommatrices de blé. !Si je fais très régulièrement mon pain (cf sommaire des recettes de pains), je n’ai pas encore commencé à faire mes propres yaourts mais je vais y penser sérieusement. Le prix du lait ou de la farine augmentera peut être moins vite que le prix des produits transformés ?

yaourts, Danone, Yoplait, Mamie Nova

Où trouver de bonnes recettes de yaourts ?

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *