Domaine Sérol, Côte Roannaise

Domaine Sérol


Domaine Sérol

Domaine Sérol

J’ai rencontré il y a quelques jours Carine et Stéphane Sérol, viticulteurs à Renaison (10 km à l’ouest de Roanne) dans le département de la Loire. Les vendanges étaient terminées mais les vignes étaient encore en feuilles. Celles-ci éclairaient cette maussade journée automnale de leurs couleurs chatoyantes : vert clair, vert sombre, doré, pourpre, brun. C’était superbe.

Stéphane et Carine ont repris la propriété familiale, le Domaine Sérol (AOC Côte-Roannaise) qui compte aujourd’hui 35 hectares de vignes cultivées en bio et en biodynamie.

La vigne est implantée ici depuis le Moyen-âge m’explique Carine mais dans la région, toutes les fermes pratiquaient la polyculture : un peu de vin, un peu d’élevage, un peu de céréales, .. et la plaine Roannaise était couverte de vignes. Mais à la fin du XIXe siècle arrive le phylloxera et le vignoble se meurt. L’agriculture ici n’était pas riche poursuit Carine et la vigne demande des investissements : replanter coûte cher et ne rapporte pas tout de suite. Le nombre de vignobles diminue donc drastiquement dans la région. En ce qui concerne le domaine familial ajoute Carine, c’est mon beau-père qui dans les années 70 a décidé de se consacrer uniquement à la viticulture.

Pouvez-vous m’en dire plus sur l’AOC Côte-Roannaise ?

Il s’agit d’une petite AOC puisqu’elle couvre aujourd’hui 210 hectares mais il existe 2 000 hectares de potentiel non exploités. Nous nous sommes regroupés avec l’AOC Côtes du Forez, l’AOC Côtes d’Auvergne et l’AOC Saint Pourçain dans une association qui s’appelle la Loire Volcanique. Nos vignobles sont entre volcans et Loire et se situent sur les mêmes terroirs.

Le cépage roi ici (pour les rouges) est le Gamay, mais ce n’est pas tout à fait le même que celui planté dans le Beaujolais car nous sommes un peu plus en altitude et le climat est un peu plus frais (nous vendangeons 2 semaines après eux pour vous donner une idée). Nous utilisons donc un de ses cousins le Gamay Saint Romain. Ses grappes sont un peu plus allongées et ses baies un peu plus petites. Cela nous permet malgré l’altitude et le temps plus froid d’avoir une homogénéité et une belle maturité des grains. Son autre particularité est gustative : il est beaucoup plus épicé.

Votre domaine est conduit en bio et en biodynamie, pourquoi ce choix ?

Nous sommes vignerons, notre famille habite ici, au milieu des vignes. Le bio est pour nous une évidence. La biodynamie est arrivée ensuite, comme outil complémentaire, surtout pour la gestion de nos sols. Ils ne sont pas faciles à travailler car granitiques, assez acides et très filtrants. Comme le vignoble est situé sur des coteaux, nous avions des soucis d’érosion quand il pleut et les sécheresses devenaient de plus en plus difficiles à gérer. Nous avons donc commencé à travailler nos sols et nous avons fait appel à des spécialistes comme Yves Hérody. Grâce à eux nous avons pu avancer, et nous remémorer qu’il y avait plein de petites choses à faire qui n’étaient rien de plus que du bon sens paysan. Nous nous sommes également souvenus que mon beau-père travaillait la vigne en fonction des cycles lunaires. Bref, ils nous ont donné des clés et nous avons travaillé. La vinification est aussi différente. Nous vendangeons à la main, effectuons des vinifications parcellaires et on prend le temps. Nous utilisons des cuves béton, des foudres en bois et des amphores.

Combien de bouteilles produisez-vous

200 000 environ. Nous les commercialisons pour environ 30% à l’export, 20% ici au Domaine et pour le reste en France, via un circuit professionnel de restaurants, de cavistes indépendants

Comment qualifierez-vous vos vins ?

Nos vins rouges sont assez légers, fruités, avec des notes épicées plus ou moins marquées en fonction des parcelles et des vinifications. Ce sont des vins de moyenne montagne, gourmands, aériens, frais et très personnalisés. Nos différentes cuvées (une dizaine de rouges, 2 et bientôt 3 blancs, un vin effervescent, 2 rosés …) ont chacune leur personnalité liée à leur terroir, leur environnement, la vinification et l’élevage choisis.

Vins - Domaine Sérol

Vins – Domaine Sérol

A quelle température est-il conseillé de déguster vos vins rouges ? 

Idéalement entre 14 et 15°C

Quel accord mets-vins recommandez-vous ? 

La force du Gamay c’est qu’il est un peu tout terrain. Vous pouvez le consommer même avec un poisson. Il faut juste éviter les plats en sauce un peu épicés où là, c’est plus compliqué. 

Quels sont vos projets ?

Nous allons essayer de développer un peu nos blancs mais pas vraiment d’agrandissement. On essaie de toujours faire mieux, d’avoir une belle équipe, et de créer de nouvelles cuvées. On travaille beaucoup mais on s’amuse !

Stéphane et Carine Serol

Stéphane et Carine Sérol

Un grand merci à Carine et Stéphane Sérol pour ces très jolis moments partagés sur la propriété. Si vous souhaitez découvrir cette appellation, n’hésitez pas à acheter leurs vins, c’est vraiment très bien fait.

Domaine Sérol – 1, Montée des Estinaudes – 42 370 Renaison

Et sur le web :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *