Le bœuf de Kobe, le « caviar » de la viande – Météo à la carte



C’est en Loire-Atlantique que se trouve le top du top de la viande ! Musique classique, massage, huile essentielle… Emmanuel bichonne ses vaches wiagu …

source

36 comments on “Le bœuf de Kobe, le « caviar » de la viande – Météo à la carte”

  1. Ci ça c’est du bœuf de Kobe la villageoise est un millésimé de saint-émilion. Combien d’escroc qui ce prétende éleveur de bœuf de Kobe vont encore nous fair croire qu’on peux fair du Kobe en France sérieux

  2. C'est une honte à une période où les gens ne peuvent pas se nourrir tant mieux pour le confort des bêtes mais déjà on peut faire de la très bonne viande sans imiter personne ça s'appelle avoir de la personnalité

  3. Le boeuf de kobe est degeulasse trop gras et pourtant on nous dit que cest la meilleur je suis désolé je prefere dans se cas un filet de boeufs de chez nous ou du rumsteck

  4. BANDE D'ASSASSINS DES ANIMAUX! un animal n'est pas de la " viande", c'est une VIE! bandes de satanistes cannibales, jouant le jeu des entités de l'ombre qui adorent le sang qui coule, la souffrance! à l'heure où on peut avoir plein de " protéines " végétales, vous assassinez encore POUR VOTRE BIDE! et le meilleur, c'est que vous en êtes TOUS MALADES! bien fait pour vous, bandes de cannibales malodorants

  5. C'est du Wagyu, mais pas du boeuf de Kobe, les viandes persillées japonaises sont tellement persillées qu'elles sont plus blanches que rouges et c'est beaucoup trop gras, ca coûte la peau du cul donc on en mange peu et comme elle fond dans la bouche, on n'a pas de temps de mâcher qu'elle est déjà avalée…donc ya toujours un goût de trop peu vu qu'on n'a pas le temps de la goûter. Si on me le paye, j'en mangerais volontiers 2-3X par an un bon steak de 300gr. saignant.

  6. J'ai longtemps vécu au Japon, et lors de mes voyages et randonnées, j'ai vu dans les campagnes moult élevages de wagyu, la race bovine japonaise. Et bien, tous sans exception pratiquaient la stabulation et les bêtes étaient immobilisées dans une sorte de carcan individuel. Bière et massages, bernique, si ce n'est pour l'éleveur. Quant à Kobé, où je vivais, point de boeuf dans un rayon d'au moins 100 kms. Kobé ayant été l'un des points d'ancrage principaux d'étrangers de toute provenance, de retour chez eux, ils ont sans doute parlé de l'excellence de la viande boeuf japonais et c'est devenu en raccourci le boeuf de Kobé où ils résidaient et où ils en avaient mangé. Autre origine : il existe sur les hauteurs de Kobé un temple où se trouve une statue de boeuf en bronze; les étudiants candidats aux examens viennent lui frotter le front pour attirer la chance et la réussite. Je sais, ça fait monsieur je sais tout.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *