le village aux toits de chaume

L


Shirakawa-go est un groupement de 3 villages situés dans la préfecture de Gifu. Cette région montagneuse du Japon était considérée autrefois comme sauvage et inexplorée en raison de son environnement naturel et sa météo : hautes montagnes (on les appelle les Alpes Japonaises) et fortes chutes de neige (de 2 à 4 mètres de neige chaque hiver). Pendant des années, il n’y a eu que peu d’interactions avec les régions voisines. Cet état de fait a créé les conditions idéales pour le développement de pratiques culturelles et de modes de vie uniques.

Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco.

Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en arrivant, je n’avais jamais entendu parler de ce village auparavant. Avec mon guide, nous nous sommes arrêtés sur un parking pour rejoindre le représentant de l’office de tourisme local. Nous avons fait quelques pas pour voir la vue sur la vallée et là ….

Shirakawa-go

Shirakawa-go

L’effet wow ! Je n’avais pas vu qu’il s’agissait d’un belvédère (en l’occurrence celui de Shiroyama). J’avais l’impression d’être dans un dessin animé et de découvrir une vallée sacrée et secrète. J’ai trop du regarder « Les CItés d’Or » quand j’étais enfant. Certes, on n’est pas sur le même continent mais j’étais subjuguée.

Nous avons pris la route pour nous rapprocher du village. On se gare d’un côté de la rivière et on traverse à pied sur un pont suspendu.

Arrivé sur Shirakawa

Arrivé sur Shirakawa

La spécificité de ce village, ce sont ces maisons de style gasshō-zukuri construites selon le même modèle. On ne les trouve qu’ici et nulle part ailleurs. Elles sont reconnaissables grâce à leur toit de chaume très incliné capable de supporter les habituelles fortes neiges hivernales. Le nom des maisons est lié à la forme du toit, qui évoque les mains croisées lors de la prière (terme qui se dit gassho en japonais) Les premières d’entre elles ont été construites au début du 18è siècle, pendant l’ère Edo mais la majorité de celles que l’on peut découvrir aujourd’hui datent du début du 19è.  Elles sont immenses (18 mètres de long, 10 de large et 4 étages).

Voici l’herbe utilisée pour la toiture. Elle est coupée puis séchée pendant au moins une année avant d’être utilisée.

Chaume pour les toits

Chaume pour les toits

Il faut changer le chaume environ  tout les 30 ans et tout le village s’entraide pour le renouveler. Les plus jeunes ont les positions les plus hautes sur le toit alors que les seniors sont beaucoup plus bas.

C’est très épais, regardez sur la photo ci-dessous à droite. Je dirai bien une quarantaine de centimètres.

Toits de chaume

Toits de chaume

Dans ces maisons typiques, des familles entières vivaient sur plusieurs niveaux, chauffées par des foyers placés au centre du rez-de-chaussée. Au dernier étage, sous les combles, on élevait des vers à soie ou on stockait des feuilles de murier. Certaines appartiennent à des propriétaires privés, d’autres peuvent se visiter. C’est incroyable de se promener à pied dans le village qui a l’air de ne pas avoir bougé depuis des siècles.

Quelques photos : 

Maisons Shirakawa

Maisons Shirakawa

A l’époque où j’y étais (en octobre), le riz était déjà ramassé (le village est entouré de rizières maintenant). Mais, vu la météo très clémente, une seconde pousse avait démarré (le vert tendre que vous voyez au premier plan ci-dessous). Il ne sera pas ramassé car il n’aura pas le temps de mûrir avant l’hiver.

Chaumière et rizière

Chaumière et rizière

Nous avons passé quelques heures à nous promener à pied parmi ces maisons incroyables.

Village de Shirakawa-Go

Village de Shirakawa-Go

C’est magique !

Shirakawa-Go

Shirakawa-Go

L'automne à Shirakawa

L’automne à Shirakawa

Ne ratez pas si vous venez dans la régions les 2 villages voisins de Shirakawago et Gokayama, classés au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1995. C’est juste fou.

Côté informations pratiques vous pouvez dormir dans le village (ryokans sur réservation), y déjeuner et même y  prendre un café.


Top !

Cliquez ici si vous voulez découvrir tous mes articles sur la Préfecture de Gifu au Japon.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *