Silure pané

Silure pané


Silure pané

Silure pané

C’est du côté de Tours que j’ai découvert le goût du silure. Pour moi ce poisson était synonyme de très grosse bestiole au goût vaseux. Oui, je sais, cela ne vend pas du rêve. Et pourtant qu’elle n’a pas été ma surprise en découvrant une chair ferme, sans arête et au goût plutôt neutre, se prêtant à de nombreuses préparations. C’est grâce au savoir-faire culinaire de Jean-Michel Durivault, que j’ai découvert et apprécié ce poisson méconnu.

Pour cette première recette, il a tout simplement pané des tranches de silure. Vous pouvez si vous n’avez pas de silure, utilisez d’autres poissons comme la lotte, le cabillaud, le merlu etc.

Pour 4 personnes

  • 8 tranches plutôt fines de silure (pas plus d’1 cm d’épaisseur)
  • 2 cuillères à soupe rases de farine
  • 2 cuillères à soupe rases de chapelure
  • 1/2 citron
  • 3 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • 4 cuillères à café de gomasio (mélange de sel et de graines de sésame)

Mettez la farine et la chapelure dans une assiette à soupe. Ajoutez une ou deux cuillères à soupe de jus de citron. Séchez bien le poisson avec un papier absorbant. Déposez-les tranches fines dans le mélange chapelure farine. Elles doivent être bien enrobées de chaque côté.

Cuisson du silure pané

Cuisson du silure pané

Poêlez-les dans l’huile chaude 2 à 3 minutes de chaque côté et saupoudrez de gomasio.

Succulent !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *